Six of Crows, Tome 2, Leigh Bardugo, Éditions Milan, 2017

« Ma mère, c’est Ketterdam. Elle m’a enfanté dans le port. Mon père c’est le profit. Je l’honore tous les jours. Rentrez à la tombée de la nuit ou ne revenez jamais. »

81QT88HOybLL’histoire : Dans ce tome 2, on retrouve le gang des Dregs, mené par Kaz Brekker qui va tenter de récupérer Inej, retenue captive par le très puissant Jan Van Eck. Ce dernier ne la relâchera qu’à la condition que Kaz ne leur cède en retour Bo Yul-Bayur, qui n’est nul autre que le fils de l’inventeur du Jurda Parem, la méconnue mais néanmoins très puissante drogue. L’enjeu est de taille puisque celle-ci pourrait faire des ravages sur les Grishas qui deviendraient des armes féroces au service des états. Les deux partis vont donc devoir trouver un terrain d’entente, mais rien ne semble plus complexe car ils sont affaiblis par leur mission au palais des glaces, les autres gangs de kerch sont à leur trousse, de même que tous ceux qui souhaitent mettre la main sur la formule du Jurda Parem…

Mon avis : J’ai retrouvé avec plaisir l’écriture de Leigh Bardugo qui demeure à la fois riche mais incisive. Dans ce dernier tome, on creuse encore davantage la psychologie des personnages, leur passé, leur évolution au fil de leurs périples. L’alternance des points de vue permet encore une fois d’avoir un regard omniscient qui nous ancre dans la narration. Même si je retrouvais certains personnages avec plus de curiosité que d’autres.

Côté intrigue, j’étais curieuse de savoir qu’elle serait la suite des évènements après l’arc narratif autour de la captivité du spectre. Et je n’ai franchement pas été déçue car le gang se retrouve une nouvelle fois au pied du mur à bien des reprises, poussé dans ses retranchements, et l’autrice parvient à nous faire douter du génie de Kaz, même si celui-ci réussit avec brio à se tirer de TOUTES les situations. On ne s’ennuie pas car le rythme est assez soutenu malgré les pauses narratives autour de l’intériorité des personnages. De plus, les chapitres se clôturent bien souvent sur un retournement de situation ou sur un rebondissement, ce qui en fait, comme le précédent, un excellent page-turner.

Ce qui fait la force de cette duologie c’est le côté spectaculaire des personnages, leurs qualités exceptionnelles, brillamment nuancées par leurs faiblesses qui nous rappellent qu’ils ne sont pas infaillibles et qu’ils restent des jeunes hommes et femmes qui ont été plongés de force dans un univers de corruption et de violence. La mort est à chaque tournant, et chaque plan révèle ses failles.

C’est un coup de cœur et c’est tout naturellement que je lui donne :

cinq-étoiles-jaunes-dans-une-rangée-sur-le-blanc-33363388

Publié par

emilitdeslivres758380802

lectrice à temps plein et blogueuse littéraire ;-)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s